LA SEXUALITÉ CHEZ LES SENIORS: IL N’Y A PAS D’ÂGE POUR LA VIVRE!

Omniprésent jusqu’à la quarantaine, l’amour devient avec le temps, d’un réalisme redoutable. Moment charnière plutôt critique que ce milieu de vie auxquels sont confrontés nos seniors! Dans cette avancée inéluctable de la vie vers un vieillissement tout en douceur et une vieillesse plus lointaine, c’est le moment ou jamais de faire rimer amour et toujours, d’entretenir ou de raviver la flamme des sentiments et des envies qui vacillent; c’est encore le moment de reconnaître un décalage certain dans nos appétits sexuels et de réinventer de nouveaux désirs et plaisirs, de nouvelles relations amoureuses plus complices et plus joueuses. C’est enfin le moment fort de jeter aux orties l’obligation et la performance et en particulier chez les séniors qui revendiquent une seconde jeunesse sexuelle.

Quels sont les secrets de longevité dans le couple ?

Cinquante, soixante ans voire plus … et 20 ans dans la tête! Les seniors ont tous plein de projets, d’envies et comptent bien profiter des années qui leur restent à vivre pour les satisfaire. Aucune crainte à avoir de ce côté là! C’est encore mieux de se dire que près de trois-quarts d’entre eux conserveraient à priori une sexualité satisfaisante et épanouie malgré les aléas de la vie... Le danger du mal-être rôde cependant car la libido, c’est toute une histoire à ne pas rater.

A la quarantaine, un grand nombre de femmes se disent épanouies sexuellement et bien plus qu’à vingt ans. A l’approche de la cinquantaine, les caprices de la nature humaine commencent à faire des leurs: les déréglements hormonaux se multiplient avec les conséquences mécaniques et psychologiques qui en découlent. Si vous rajoutez une grosse pincée de routine et de stress dans la marmite du quotidien, le compte est bon et s’installent alors les gros manques de désirs et les absences de plaisirs. Heureusement, nos aînés sont loin d’être fous et ne se laissent nullement déborder. Puisque la vie exige d’eux de repousser les limites de l’âge, autant faire le choix judicieux de s’adapter aux contraintes: moins d’hormones? Qu’à cela ne tienne, ce sera de l’érotisme en plus! Pour être plus à l’aise, disons sereinement et affectueusement que les seniors ont la maturité nécessaire pour savoir ce qu’ils aiment et qu’ils donnent le moment voulu à leur sexualité, les coups de fouet dont elle a besoin.

La cinquantaine passée, la menace d’être mal dans sa peau et de mal vieillir n’est pas à négliger et c’est bien la faute aux hormones qui perturbent le train-train ou le confort de notre vie sexuelle: la testostérone, les oestrogènes et la progestérone, la DHEA produite par les glandes surrénales. Il serait cependant réducteur de justifier les comportements sexuels des seniors par les seules sécrétions hormonales de leur organisme. La sexualité est bien plus complexe avec l’absence de communication au sein du couple, la mauvaise image de soi du fait des modifications inévitables de la silhouette, le surpoids et un certain laisser-aller chez monsieur, les rides et l’affaissement des seins ou des lèvres de la vulve chez madame. Toutes ces contrariétés suffisent amplement à faire reculer le désir de plaire et à couper toute envie de sexe chez l’un comme chez l’autre. Reprendre confiance en soi, accorder du temps à sa partenaire sont autant de petits riens du quotidien qui aident grandement à se reconnecter sensuellement à l’autre.

Alors qu’à 20 ans, le désir prend son essence dans les fantasmes les plus fous, les 50 ans sont dans un nouveau monde intime qui voit la stimulation sexuelle prendre savamment le relais. A chacun alors de se faire une nouvelle idée plus précise, positive, agréable et épanouissante de plaisirs amoureux nouveaux et innovants. La récompense sera à la hauteur de l’intérêt que vous aurez porté à votre quête d’amour: certains couples ne font plus l’amour depuis longtemps alors que d’autres continuent à le faire jusqu’à plus soif. Toutes les études le démontrent: plus l’activité sexuelle est importante, plus elle se maintient dans le temps. Un conseil aux amoureux du sexe qui tiennent à leur bonheur : ne vous arrêtez jamais de faire l’amour, quelque soient vos soucis. Rappelez-vous! Le sexe est tueur de stress!

Photos de @cleutjens

Comment faire face aux changements hormonaux ?

Composé de glandes disséminées dans l’organisme, le système endocrinien remplit des fonctions très diverses par le biais des hormones qui agissent sur nos cellules. L’activité sexuelle, le stress, le rythme entre veille et sommeil sont directement concernés. Au cours de notre vieillissement naturel, le système se ralentit et a inévitablement des répercussions: le déclin des hormones sexuelles est inéluctable mais les outrages du temps ne sont pas tragiques pour autant! La baisse de sécrétion des hormones féminines à la ménopause est bien connue mais d’autres hormones sont également impliquées comme la testostérone chez l’homme. La plus grande conséquence endocrinienne de ce début de vieillissement concerne bien la ménopause qui signe pour madame l’arrêt des règles ( et de la fertilité). La grande majorité des femmes sont ménopausées entre 48 et 56 ans et c’est une évolution normale et physiologique. La chute des hormones féminines sont par ricochet à l’origine de symptômes d’intensité très variables: inaperçus pour certaines et source d’inconfort pour les autres.

Au coeur de ces symptômes liés au dérèglement hormonal, les bouffées de chaleur au niveau du visage, du cou et du thorax avec en prime des rougeurs de la peau et une transpiration souvent très abondante sont très désagréables à vivre par la majorité des femmes dans ce mécanisme de ménopause. Des troubles génitaux et urinaires, liés à la baisse du taux d’oestrogènes, entraînent par ailleurs un rétrécissement des tissus de la vulve et du vagin ainsi qu’une diminution de la lubrification vaginale à l’origine d’une sécheresse et de possibles douleurs lors des rapports sexuels. Cette sécheresse vaginale favorise malheureusement une perte sensible de la libido féminine. Que faire?

L’inconfort, les brûlures, les douleurs gâchent le plaisir de faire l’amour. Pour lutter contre cela, vous pouvez essayer des traitements locaux comme notre sérum intime qui soulage les sécheresses vulvaires et permet d’atténuer tous ces inconforts intimes. Les lubrifiants intimes hydratants peuvent aussi être appliqués à l’entrée du vagin et au niveau de la vulve. N’hésitez donc pas mesdames, et messieurs à intégrer nos cosmétiques érotiques à votre rituel beauté et confort intime. Vous hydratez votre peau alors, pourquoi ne pas chérir votre vagin et votre vulve.

Le temps des initiatives : le début du sexe lent.

Jusqu’à la quarantaine, la question du bien-être dans l’amour ne se pose pas vraiment. Forts de la connaissance de notre corps et de nos besoins, nous savons où nous allons sur le chemin du bonheur et du désir sexuel. Nous savons encore nous faire plaisir et faire plaisir à l’autre en sollicitant nos qualités pour mieux gommer nos défauts. Nous sommes alors au maxi de nos capacités pour donner et recevoir.

A 50 ans, c’est moins dans nos cordes et devant le constat d’un déclin naissant, nous n’avons plus qu’une seule issue heureuse, et elle est bien là notre volonté d’acier de vouloir rester jeune à tout prix qui l’emporte sur tout autre tracas. Rester jeune dans notre tête, dans notre peau et dans notre vie, c’est passer allègrement le cap de la cinquantaine sans s’en apercevoir!

La vie est loin d’être un fleuve tranquille, elle est jalonnée de grandes joies et de lourdes peines. Alors, dans cette cinquantaine qui nous ouvre un nouveau chemin de vie et de sexe, le meilleur est de dédramatiser ce qui peut l’être, de vivre intensément le présent et de faire le plein de toutes les émotions positives qui circulent en nous et autour de nous. La vie en rose est un leurre mais oui, mille fois oui aux petits et grands plaisirs de l’existence pour notre équilibre personnel, aussi bien physique que mental.

Puisque notre sexualité est un cercle qui se veut vertueux, ménageons la et donnons lui toutes les chances d’être riche et heureuse. Nous vous recommandons de faire l’amour avec patience et lenteur, en mode slow sex de toute évidence! Pour ralentir le vieillissement, il est important de se maintenir en bonne forme physique et mentale. Physiquement, parce que c’est du vrai sport de faire l’amour , et le sport pratiqué régulièrement et raisonnablement, ne peut que faire du bien à notre système cardiovasculaire. Mieux, il retarderait mais sans preuve à l’appui l’apparition des redoutables maladies neurologiques! Psychologiquement, le sentiment amoureux, la tendresse qui lui est associée et l’orgasme procurent de leur côté énormément de plaisir. Un seul mot d’ordre donc: ne jamais renoncer au sexe, faire l’amour à tout âge même au plus grand! Sans pour autant tomber dans une obsession maladive à l’effet contraire. Faire l’amour est le meilleur des remèdes!

Petit bémol à ces belles perspectives: ne tentez pas le diable et n’essayez pas de faire l’amour comme à 20 ans. Avec l’âge, il faut s’adapter: on gagne toutes et tous en connaissance ce qu’on a nécessairement perdu en capacité physique. Le plaisir ne peut aboutir que s’il y a une pleine participation dans le couple: à ce dernier de casser les codes de jeunesse perdue, de changer les rôles, de passer de l’actif au réceptif selon affinités. A vous, de vous accorder sur les moments de caresses et sur les initiatives à prendre. A 50 ans et plus, l’amour se réinvente dans l’attitude la plus cool et la plus “slow” possible.

Comment vivre une bonne entente sexuelle après 50 ans ?

La sensualité et la complicité dans les relations amoureuses sont les clés du bonheur à deux.

Pour l’un et l’autre:

  1. Favorisez à deux par massages et caresses interposés, l’érection de l’un et la lubrification de l’autre qui demandent avec l’âge un peu plus de temps. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil à notre gamme de lubrifiants intimes.
  2. Prolongez à deux les préliminaires et retrouvez le plaisir des caresses et des baisers, des moments de détente, de tendresse et d’intimité. Pour vous, “Mammy boomers” et “Papy boomers”, toujours aussi jeunes dans vos têtes, nous vous invitons à découvrir nos bougies de massages et notre massage intégral lubrifiant.
  3. Réinventez votre relation sexuelle. La sexualité ne se réduit pas à la pénétration et l’âge n’interdit aucunement les découvertes et les innovations pour ce qui concerne le sexe.
  4. Variez à deux les plaisirs, avec la fellation, le cunnulingus, la masturbation de votre partenaire.
  5. Testez donc à deux, par curiosité si ce n’est déjà fait et pour vous amuser, les sextoys, les gels stimulants et les prolongateurs de plaisir qui vous taperont dans l’oeil et ailleurs. Ils vous sortiront très vite de la routine et vous emmèneront vers de nouvelles sensations.
  6. Echangez à deux: la communication dans le couple est promesse de bonheur durable. Que chacun confie à l’autre ses joies mais aussi ses peines et ses frustrations!

Et pour vous seul(e) :

  1. Face à la glace, acceptez-vous tel que vous êtes, quelque soit le renvoi que vous fait le miroir. New vous dépréciez pas.
  2. Essayez de gérer votre stress au quotidien. Souriez à la vie à défaut de rire à pleine dents.
  3. Conservez une bonne forme physique et mentale. C’est la meilleure façon de rester désirable.
  4. Croyez toujours à l’amour: le sexe à 50 ans et plus, c’est la tendresse, l’estime de soi, la confiance, le respect et l’attachement à l’autre. Avec un peu de patience, la suite viendra tout naturellement.
  5. Ne renoncez pas au sexe. Tuez vos soucis et vos ennuis en faisant l’amour!

Un dernier effort :

Mangez mieux et de qualité. Faites l’effort de vous préparer régulièrement une assiette anti-âge. Saine et riche en composés antioxydants, c’est une alliée de poids. Un article rédigé par une nutritionniste et consacré à l’alimentation est disponible sur notre blog dédié à l’art d’aimer.

“ Tout le monde veut vivre longtemps mais personne ne veut devenir vieux”
(Jonathan Swift 1667-1745)

Seniors, ainés, vieux ou vieilles ? Allons donc, ce ne sont que balivernes à gogos! Inutile de flatter les egos et de distribuer les premiers prix.

Nous sommes tous dans le même bain de la vie et nous y avons nos rêves et nos tracas. Quel plus grand bonheur pourrait-on souhaiter à toutes et tous que d’aimer le le plus longtemps possible ? Vivre, aimer, vieillir heureux et en bonne santé, que demander de mieux? Il n’y a pas d’âge pour faire l’amour.

Ne faisons pas l’erreur de renoncer au sexe qui est notre survie du bonheur. Notre sexualité ne s’arrête pas au vieillissement. A tout âge, on est parfaitement capable de désirer et d’éveiller le désir. Pour de nombreux couples, à l’aube de la cinquantaine ou un peu plus tard et c’est tout bénéfice, le moment est venu des retrouvailles intimes à deux . La mésentente et l’usure n’étant pas de mises, le long vécu en commun, la confiance réciproque, l’attachement mutuel et la connaissance de l’autre permettent de renouer avec le désir malgré le temps qui passe. C’est le rocher indestructible d’une sexualité qui se veut toujours aussi épanouie.

A chacun de tout faire pour conserver jusqu’au bout de la nuit des temps que nous vivons l’autonomie qui nous mène si joyeusement tout droit à l’amour.